• Delthom, Cabinet de Conseil IT

Augmentez vos retours sur investissements IT

La capitalisation des investissements IT

Le SI est devenu aujourd’hui le levier de création de valeur dans l’entreprise. Il est aussi le moyen de décliner la stratégie de l’entreprise au fil de ses évolutions.

Progressivement, le SI est passé du statut d’ « outil-support de la gestion » sous toutes ses formes au statut d’ « outil de conquête » comme le montre la réussite de nombreuses sociétés créées à l’ère d’internet, défiant des sociétés pourtant établies de longue date.

Pour gagner en compétitivité, certains axes particulièrement impactants peuvent parfois être améliorés, comme une meilleure maîrise des processus métier, la capitalisation des actifs logiciels, une meilleure gestion de l’externalisation, l’attachement à réaliser de bonnes conceptions tout en étant dans un contexte agile, une relation MOA-MOE comportant moins de risques, … en d’autres termes :

  • avoir la vison du SI sur tous les aspects de son architecture c’est-à-dire voir le SI pour le faire évoluer
  • capitaliser les éléments du SI pour exploiter pleinement le capital de connaissances intégré dans les projets
  • éviter les pièges de l’externalisation (ou y remédier progressivement) car le SI est le système nerveux de l’entreprise
  • concilier les avantages des approches agiles (et DevOps) comme le Time To Market court et le besoin de bonnes conceptions car sans de bonnes conceptions, à la fois « visibles » et capitalisées, la connaissance devient volatile au rythme du turn-over des intervenants
  • distinguer et choisir entre les bénéfices à court terme apportés par certaines technologies et les bénéfices à plus long terme apportés par d’autres technologies
  • faciliter la relation MOA – MOE pour les spécifications, les livrables, le contrat, … pour éviter les litiges, quelle que soit la méthodologie employée

La vision du SI

Le SI est immatériel. Il existe sans qu’on le voit réellement. Par ailleurs, son rôle est crucial pour l’entreprise et il le sera de plus en plus. La réactivité de l’entreprise dépend en grande partie de la réactivité de son SI.

La vision du SI est nécessaire pour le maîtriser et pour pouvoir le faire évoluer dans les meilleures conditions. Cette nécessité est encore plus importante en cas d’externalisation en raison des risques de dépendance (perte de contrôle) et de perte de la connaissance du SI et des éléments qui le compose (structure des données, structure des applications, …).

La vision du SI

La capitalisation des investissements IT

La capitalisation des investissements IT

La connaissance exacte du SI, c’est-à-dire de son architecture, apporte de nombreux avantages. Elle permet par exemple de distinguer les éléments stables de ceux qui sont plus « évolutifs », avoir des vues macros (les vues décideurs) et des vues détaillées (les vues techniques), … et contribuer ainsi fortement à une gouvernance efficace du SI.

Les outils de gouvernance que sont les outils de modélisation sont simples et ils permettent de maîtriser sereinement l’ensemble du SI et ses évolutions. Ils permettent de voir la situation actuelle, se projeter dans différentes options d’orientations avec leurs impacts et effectuer les choix les plus pertinents.
Lors de la mise en œuvre, les migrations sont suivies de manière efficace, facilitant ainsi l’alignement du SI avec la stratégie de l’entreprise.

Des conditions d’externalisation équitables

Avec la numérisation, l’informatique en entreprise est passée du statut d’« outil facilitant le travail » au statut de « moyen pour devancer la concurrence » et gagner des parts de marché. Quel que soit l’axe de conquête, l’informatique est présente : marketing, vente, gestion analytique, stratégie d’entreprise, …

Aussi, confier son informatique à un prestataire en externalisant, revient à limiter certaines capacités (réactivité, adaptabilité, compétences, …) à celles de son prestataire ou plus précisément à celles que son prestataire d’externalisation est prêt à concéder pour un certain prix, et qu’il respecte ses engagements, sans oublier :

  • de faire bénéficier à son client les bénéfices des évolutions de la technologie
  • de permettre à son client de rester indépendant avec une réversibilité effectivement opérationnelle
  • que le savoir-faire intégré dans les projets appartient concrètement au client et que ce savoir fondamental n’est pas connus uniquement par les développeurs

Des conditions d'externalisation équitables

L’architecture d’entreprise

L'architecture d'entreprise

L’architecture d’entreprise apporte tous les avantages d’un référentiel. Elle contient de manière judicieuse l’ensemble des éléments du SI comme les éléments stratégiques de l’entreprise, les processus métier, les données, les applications, l’infrastructure, … et les relations entre ces éléments (dépendance, traçabilité, impacts, …).

Une modification de la stratégie de l’entreprise entraîne très généralement une adaptation du SI. Cette adaptation commence par la vision du SI actuel qui fera apparaître naturellement plusieurs éventualités de mise en œuvre et les avantages et inconvénients de chaque choix.

Il n’est pas rare que le SI ait évolué « au fil de l’eau » en fonction des demandes d’évolution et que, progressivement, l’ensemble ait perdu de sa structure. La vision du SI, la maîtrise des évolutions, des gaps et des migrations permettent de gagner en efficacité et en sécurité.

La relation MOA – MOE

L’informatisation consiste à faire réaliser des actes métier par l’ordinateur. Par ailleurs, la programmation est une activité qui ne laisse la place à aucune approximation et la moindre anomalie provenant de la MOA aboutira à un bug plus ou moins désagréable pour l’utilisateur et un ensemble de conséquences plus ou moins importantes.

La relation MOA – MOE consiste à faire passer les informations métier (les spécifications décrites par la MOA) de la manière la plus formelle possible (non ambigüe, non équivoque, …) vers la MOE pour ensuite être programmées.

En retour, la MOE doit fournir à la MOA un ensemble de « livrables », qui permettront ultérieurement au client de maintenir et faire évoluer par qui il souhaite, le système qui a été réalisé.

La MOA et la MOE regardent la même chose sous deux angles différents. La MOE ne pourra bien évidemment réaliser que ce qui aura été spécifié par la MOA.

Ce problème de transfert est géré différemment selon la méthodologie employée et selon le cycle de vie du projet : cycle en V, méthode agile, … mais dans tous les cas, le client doit posséder son savoir-faire sous forme d’exigences, de règles métier, … Il devra aussi être propriétaire des éléments techniques (architecture des données, architecture applicative, …) réalisés, ce qui lui permettra ensuite de faire évoluer librement son SI.
Les contrats et leurs exécutions doivent être réalisés dans ce sens dans l’intérêt du client.

AMOA, Relation MOA-MOE

Les principes énoncés sont applicables et apportent des bénéfices quelle que soit la technologie employée pour la mise en oeuvre, que celle-ci soit legacy, actuelle ou même future.


Contact

Delthom Software Modeling
13 Bis avenue de la Motte-Picquet
75007 Paris
France

Tél : +33 (0)1-34-94-93-80
Mail : nous contacter

Informations légales